Extrémisme(s) violent(s) en perspective: jeunes et femmes dans le contexte marocain
Titolo Rivista: EDUCATIONAL REFLECTIVE PRACTICES 
Autori/Curatori: Farid El Asri, Beatriz Mesa 
Anno di pubblicazione:  2021 Fascicolo: 1Special  Lingua: Inglese 
Numero pagine:  20 P. 139-158 Dimensione file:  0 KB
DOI:  10.3280/erp1-special-2021oa12482
Il DOI è il codice a barre della proprietà intellettuale: per saperne di più:  clicca qui   qui 

 

Articolo Open Access
Clicca qui per vederlo.

Dix ans après un processus de soulèvement connu en tant que «printemps arabes», un chemin s’est ouvert à la faveur d’une structure de contre-pouvoir faite de violence politique (“Daech”[1]). De nouvelles réalités ont ainsi été observées dans le domaine de la violence et mettent en perspective les travaux scientifiques et les plus récentes recherches de terrain en la matière. Un des biais concerne les focus portants sur la présence contrastées des femmes dans le volet de la violence et de la non-violence. Les femmes sont ainsi étudiées en tant que productrices de violences symboliques, discursives ou effectives et tout autant comme leaders dans la résolution des conflits et dans la promotion du Peacebuilding et les voies de résilience. La présence de la mouvance “Daech” a ainsi révélé, en tant que liquide de contraste, le rôle qu’occupent les femmes dans des processus antagonistes de production de violence ou de lutte contre les diverses formes de violences. Cette double attention permet de clarifier, en premier lieu, les logiques de basculement dans l’extrémisme violent des femmes et de comprendre, dans second lieu, comment renforcer la capacitation du leadership féminin à la médiation, à la consolidation et au renforcement des compétences, ainsi qu’à l’empowerment féminin sur ces questions sociétales urgentes et fondamentales. Nous constatons, au travers de l’approche genre et générationnelle, que l’existence de cette mouvance a révélé une complexité de motifs d’enrôlement de toute une jeunesse marquée par la précarité, le déracinement social et par le sentiment d’opposition aux systèmes autoritaires et qui les a amenés à croire à un processus de «révolution» percolant vers l’intégration dans les rangs de l’extrémisme religieux. En ce sens, une série de mises en perspective  permettent de déconstruire des idées reçues et  ciblant le moteur idéologique de cette mouvance autant que la mobilisation du référentiel religieux comme source de mobilisation déterminantes des personnes ciblées depuis le contexte marocain. [1] Acronymie usité depuis 2013 pour “État islamique en Irak et au Levant” en arabe : ?????? ????????? ?? ?????? ?????? : ad-dawla al-islamiyya fi-l-?iraq wa-š-šam.

Dix ans après un processus de soulèvement connu en tant que «printemps arabes», un chemin s’est ouvert à la faveur d’une structure de contre-pouvoir faite de violence politique (“Daech”[1]). De nouvelles réalités ont ainsi été observées dans le domaine de la violence et mettent en perspective les travaux scientifiques et les plus récentes recherches de terrain en la matière. Un des biais concerne les focus portants sur la présence contrastées des femmes dans le volet de la violence et de la non-violence. Les femmes sont ainsi étudiées en tant que productrices de violences symboliques, discursives ou effectives et tout autant comme leaders dans la résolution des conflits et dans la promotion du Peacebuilding et les voies de résilience. La présence de la mouvance “Daech” a ainsi révélé, en tant que liquide de contraste, le rôle qu’occupent les femmes dans des processus antagonistes de production de violence ou de lutte contre les diverses formes de violences. Cette double attention permet de clarifier, en premier lieu, les logiques de basculement dans l’extrémisme violent des femmes et de comprendre, dans second lieu, comment renforcer la capacitation du leadership féminin à la médiation, à la consolidation et au renforcement des compétences, ainsi qu’à l’empowerment féminin sur ces questions sociétales urgentes et fondamentales. Nous constatons, au travers de l’approche genre et générationnelle, que l’existence de cette mouvance a révélé une complexité de motifs d’enrôlement de toute une jeunesse marquée par la précarité, le déracinement social et par le sentiment d’opposition aux systèmes autoritaires et qui les a amenés à croire à un processus de «révolution» percolant vers l’intégration dans les rangs de l’extrémisme religieux. En ce sens, une série de mises en perspective  permettent de déconstruire des idées reçues et  ciblant le moteur idéologique de cette mouvance autant que la mobilisation du référentiel religieux comme source de mobilisation déterminantes des personnes ciblées depuis le contexte marocain. [1] Acronymie usité depuis 2013 pour “État islamique en Irak et au Levant” en arabe : الدولة الاسلامية في العراق والشام : ad-dawla al-islāmiyya fi-l-ʿirāq wa-š-šām.
Keywords: ; Maroc; Genre et jeunesse; Extremisme religieux; radicalization; printemps arabe; sécurité religieuse

  1. Abadi, A. (2018). La déconstruction du concept de djihad, Série islam et contexte contemporain (arabe), Les cahiers de démantèlement du discours extrémiste, Rabita Mohammadia des Oulémas, 3.
  2. Abu-Lughod, L. (2013). Do Muslim Women Need Saving?. Cambridge & London: Havard University Press.
  3. Al Mahjoub, E. ( 2020). Le rôle de l’approche des droits de l’homme dans la lutte contre l’extrémisme violent. In: F. E. Stiftung, Centre d’Études en Droits Humains et Démocratie. L’extrémisme violent au Maroc: Bilan et défis, pp. 25-40.
  4. Bartolucci, V. (2010). Analyzing Elite Discourse on Terrorism and Its Implications: The Case of Morocco. Critical Studies on Terrorism, 3(1): 119-35.
  5. Bayart, J. F. (2014). Retour sur les Printemps arabes, Politique africaine, 133(1): 153-75.
  6. Bibard, L. (2016). Terrorisme et Féminisme: les masculin en question. Éditions de l’Aube.
  7. Bilge, S. (2015). Le blanchiment de l’interesectionnalité. Recherches féministes, 28(2).
  8. Bouzar, D. (2016). La vie après Daesh. Paris: Les Éditions de l’Atelier.
  9. Bouzar D, (2020). Quelles spécificités dans l’engagement djihadistes féminin, Afrique(s) en mouvement, 2: 43-50.
  10. Botha, A (2008). Terrorism in the Maghreb, the trasnantionalisation of Domestic Terrorism, ISS Monography Series, 144.
  11. Burgat, F., & Paoli, B. (2013). Pas de printemps pour la Syrie, les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013). La découverte.
  12. Brisha, A. (2017). Fear of ISIS female ‘biters’ haunts women during night at Iraq’s camps, Al Arabiya. https://english.alarabiya.net/features/2017/04/26/Fear-of-ISIS-female-biters-haunts-women-during-night-at-Iraq-s-camps.
  13. Brown, K. (2011). Blinded by the explosion? Security and resistance in Muslim women’s suicide terrorism. In L. Jober, C. E Gentry (eds), Women, gender and terrorism. University of Georgia Press.
  14. Dassetto, F. (2011). L’iris et le croissant. Bruxelles et l’islam au défi de la co-inclusion. Presses Universitaires de Louvain.
  15. Daguzan, J. F. (2017). L’État islamique (DAESH) une menace militaire relative pour une menace politique majeure. Maghreb - Machrek, 233-234(3): 19-37.
  16. Dorlin, E. (2009). Sexe, race, classe: pour une épistémologie de la domination. Paris: PUF.
  17. El Barakha, T. (2014). Why Do Maroccans Join The Islamic State?. Morocco World News. Voir://www.moroccoworldnews.com/2014/11/145284/report-why-do-moroccans-join-the-islamic-state.
  18. Ennaji, M. (2016). Recruitment of Foreign Male and Female Fighters to Jihad: Morocco’s Multifaceted Counter-Terror Strategy. International Review of Sociology, 26(3): 546-57.
  19. Gauchet, M. (2002). Les deux sources du processus d’individualisation. Le Débat, 119.
  20. Hervieu-Léger, D. (1993). La religion pour mémoire. Revue française de science politique, 43(5).
  21. Joffé, G. (2012). Islamist Radicalisation in North Africa: Politics and Process. Routledge. https://www.routledge.com/Islamist-Radicalisation-in-North-Africa-Politics-and-Process/Joffe/p/book/9780415588065.
  22. Khosrokhavar, F. (2018). Le nouveau Jihad en Occident. Paris: éd. Robert Lafont.
  23. Lamlili, N. (2015). Maroc: de Tanger à Ceuta, sur les traces des jihadistes. https://www.jeuneafrique.com/mag/282368/politique/maroc-de-tanger-a-ceuta-traces-jihadistes/.
  24. Loulla, M., & Eleftheriou, S. (2015). Escaped Isis wives describe life in the all-female al-Khansa Brigade who punish women with 40 lashes for wearing wrong clothes, Independent, https://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/escaped-isis-wives-describe-life-in-the-all-female-al-khansa-brigade-who-punish-women-with-40-lashes-10190317.html.
  25. Masbah, M. (2015). Moroccan Foreign Fighters: Evolution of a Phenomenon, Promotive Factors, and the Limits of Hardline Policies. https://nbn-resolving.org/urn:nbn:de:0168-ssoar-454908.
  26. Patel, S. (2017). The Sultanate of Women: Exploring female roles in perpetrating and preventing violent extremism. Australian Strategic Policy Institute.
  27. Pearson, E. (2018). Why men fight and women don’t: masculinity and extremist violence. Tony Blair Institute for Global Change.
  28. Rezrazi, M. (2017). Returning Foreign Terrorist Fighters: Combating Threats and Managing Resilience. New York: UN C.T.E.D.
  29. Rezrazi, M. (2014). The psychological Dynamism of Jihadist Suicide bombers. Doctoral Thesis in Clinical Psychology, Laboratoire de psychologie Clinique pathologique, FLSH, University Mohammed V Rabat.
  30. Warner, J., & Matfess, H. (2017). Exploding Stereotypes: The Unexpected Operations and Demographic Characteristics of Boko Haram’s Suicide Bombers. Combatting Terrorism Center, https://ctc.usma.edu/wp-content/uploads/2017/08/Exploding-Stereotypes-1.pdf.
  31. Sources médiatiques
  32. Agence France Presse, Démantèlement à Marrakech d’une cellule terroriste planifiant des ‘attaques à l’explosif’. Telquel, 25/06/2019.
  33. Agence France Presse, Démantèlement d’une cellule ‘préparant des attentats’ à Errachidia et Tinghir. Tel Quel, 03/06/2019.
  34. Agence France Presse, Morocco: 9 Imprisoned For Casablanca Blasts Escape, New York Times, 8/04/2008.
  35. Agence France Presse, Nigeria: de nombreuses filles de Chibok seraient mortes en captivité, Le Point, 17/04/2018.
  36. Agence France Presse, Marrakech : Aqmi nie toute implication, Le Figaro, 7 mai 2011. Cf. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/07/97001-20110507FILWWW00461-marrakech-aqmi-nie-toute-implication.php.
  37. Agence Marocaine de Presse, Maroc: L’approche genre en matière de lutte contre le terrorisme, une exception dans le monde arabe, 2017.
  38. Agences, Une coalition internationale contre l’Etat islamique, Le Temps, 2014.
  39. Al Andalus Media, Call to the Youth of Islam: To Those Who Aspire to Hijrah in the Way of god in the Islamic Maghreb in general and Tunisia in Particular, jihadology.net, 17/03/2013.
  40. Al-Azi Ghassan, Liban. En état de “syrianisation” avancée, Tel Quel, 29/05/2012.
  41. Al Sharqiya al Harch, La Mohammadia Scholars Association lance une nouvelle série de cahiers pour démanteler le discours extrémiste (arabe), Tel Quel, 28/12/2018.
  42. الرابطة المحمدية للعلماء تطلق سلسلة دفاتر جديدة لتفكيك خطاب التطرف
  43. Atmani Mehdi, Au coeur de la cyberguerre entre Anonymous et djihadistes, Le Temps, 12/01/2015.
  44. Auteur anonyme, 80% of Moroccan youth recruited through social media, Morocco World News, 26 May 2017. Cf. www.moroccoworldnews.com/2017/05/217773/80-of-moroccan-youth-in-isis-recruited-through-social- media-minister/.
  45. Auteur Anonyme, À Lunel, fabrique de djihadistes français. Le Temps, 25/01/2015.
  46. Auteur Anonyme, Démantèlement d’une cellule terroriste composée de cinq membres à Tétouan, Telquel, 18/06/2019.

Farid El Asri, Beatriz Mesa, Extrémisme(s) violent(s) en perspective: jeunes et femmes dans le contexte marocain in "EDUCATIONAL REFLECTIVE PRACTICES" 1Special/2021, pp. 139-158, DOI:10.3280/erp1-special-2021oa12482

   

FrancoAngeli è membro della Publishers International Linking Association associazione indipendente e no profit per facilitare l'accesso degli studiosi ai contenuti digitali nelle pubblicazioni professionali e scientifiche